05/04/2016

Chastre et le cadre éolien régional (in: VA, 25/04/2013)

CHASTRE

Éolien : « Notre autonomie disparaît »

  • Laurence DUMONCEAU

Le cadastre wallon tient-il davantage compte des vents que des aspects paysagers et humains ?

CHASTRE - Chaque groupe représenté au conseil communal a pu exprimer sa position concernant le cadre éolien régional

«Vous l’avez compris, nous remettrons un avis négatif», a conclu Claude Jossart, le bourgmestre de Chastre au sujet du cadre éolien régional sur lequel le collège est invité à remettre un avis avant le 30 avril. Un avis détaillé par l’échevin en charge, Jean-Marie Thiry qui a rappelé les arguments du collège communal, à savoir que le nouveau cadre éolien régional ne tient pas compte du schéma de structure de Chastre, que le cadre considère que les projets actuellement en recours existent, ou encore que l’autonomie communale disparaît complètement.

«Quant à la distance entre les maisons et les éoliennes, si elle s’agrandit, cela dépend tout de même du type (et donc de la hauteur) des éoliennes», a fait remarquer Jean-Marie Thiry qui a précisé qu’à part le courant produit, les éoliennes n’ont pas de retombées économiques pour la Wallonie, que la méthodologie par superposition des cartes a exclu d’office les zones forestières et que si le cadre éolien prône d’installer des moulins le long des autoroutes, en Brabant wallon, cette possibilité est restreinte par la zone d’exclusion de la Défense autour de l’aéroport de Beauvechain. Et l’échevin de faire remarquer que le cadre ne tient compte ni de la conduite Fluxys, ni du pipe line Solvay qui traversent la commune.

Pour Chastre 2020, Thiery Champagne a regretté que le travail scientifique réalisé tienne plus compte des vents que des aspects paysagers et humains et a regretté la perte d’autonomie communale. L’avis de Chastre 2020 prône donc le respect du principe de précaution qui veut que les éoliennes soient placées à 3 km des habitations et demande de prévoir des enquêtes publiques et une obligation d’accord communal pour chaque projet, même s’il est positionné en «zone favorable» sur la carte.

Chez les Verts, on précise que l’éolien, c’est tout de même 6 000 emplois en Wallonie et que le cadre de référence est important et intéressant, puisqu’il actualise celui de 2002 et qu’il permettra de mettre en concurrence les projets pour un même site. «Avant, les premiers arrivés étaient les premiers servis. Et c’étaient les promoteurs qui décidaient. Maintenant la décision reviendra au gouvernement wallon. Il y a des avancées, il faut les reconnaître.», a lancé Hélène Ryckmans qui estime que la cartographie rend les choses plus transparentes et que Chastre doit participer à l’effort wallon visant à valoriser les énergies renouvelables. «On peut y contribuer, à nous de préciser dans quelles conditions et comment traduire cela.»

Ces trois avis de principe qui s’ajoutent à celui de la CCAT seront transmis à la Région wallonne, avec l’explication des forces en présence, avant l’enquête publique qui permettra prochainement aux forces en présence mais aussi aux habitants de remettre leur avis.

08:20 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.